Rendez votre PC silencieux !

En pleine diffusion d’un film, le disque dur de votre PC se met à gratter et les ventilateurs vrombissent jusqu’à faire trembler tout le boîtier : vous devez remédier à cette situation !

Vous venez d’investir dans un PC flambant neuf et vous disposez d’une puissance sans commune mesure avec votre matériel précédent. À vous les joies des films en haute définition et des jeux vidéo dernier cri ! Mais voilà : ces hautes performances connaissent un sérieux revers ; pour dissiper la chaleur dégagée, vous devez multiplier les ventilateurs et les systèmes de refroidissement. Certes, vous maintenez une température basse dans votre boîtier mais le bruit, même imperceptible à la première écoute, devient vite insupportable après de longues semaines d’utilisation. Première mesure simple à mettre en œuvre : évitez de placer le PC sur du carrelage ou sur votre bureau, à votre hauteur. En le positionnant sur de la moquette, sous votre table de travail, vous réduirez déjà de manière significative les vibrations. Vous souhaitez aller plus loin et prendre le problème à bras-le-corps ? Grâce à quelques astuces et à un bon système D, vous êtes en mesure de corriger ce souci pour faire régner un silence absolu dans le boîtier de votre PC !

Premier sujet d’investigation : le boîtier et son bloc d’alimentation. Il faut bien avouer que les PC ne sont pas tous logés à la même enseigne en matière d’atténuation acoustique ! Si vous avez acheté une configuration prête à l’emploi auprès d’un grand constructeur, il y a de grandes chances pour que le boîtier soit correctement isolé. C’est en effet devenu un souci majeur et Dell, HP ou Packard Bell ont fait de réels efforts en la matière. En revanche, si vous montez vous-même votre PC auprès d’un assembleur de quartier, prenez garde à ne pas choisir un boîtier premier prix.

Si un simple châssis en tôle suffit à contenir tous les composants de votre PC, vous avez tout intérêt à adopter un boîtier plus solide, conçu pour réduire le bruit des ventilateurs. Antec est l’une des références du domaine, avec des boîtiers esthétiques qui réduisent considérablement les nuisances sonores. S’ils sont plus chers que les modèles concurrents, ils présentent d’excellentes caractéristiques et disposent notamment d’un système de suspension de disques durs pour éviter le moindre grattement. Choisissez en particulier l’Antec Solo (75 euros), le Sonata III (95 euros) ou le Sonata Plus 550-EC (120 euros), trois modèles qui ont fait leurs preuves dans ce domaine. Si vous préférez conserver votre ancienne tour ou si votre PC a été livré dans un boîtier peu performant, envisagez d’investir dans un isolant phonique, de type Gédicoustic. Il s’agit de mousse insonorisante que vous découpez pour l’appliquer directement contre les parois de votre boîtier. Sa mise en place n’est pas complexe mais elle vous oblige à être minutieux : vous devez veiller à ne pas obturer l’évacuation de l’air afin de conserver une température basse. Choisissez également une mousse qui ne se désagrège pas au contact du flux d’air chaud : elle ne doit surtout pas se disperser en particules, qui viendraient obturer les pâles des ventilateurs. Vous trouverez des planches de Gédicoustic dans tous les magasins de bricolage (25 euros environ pour 2 m²), mais vous pouvez également opter pour des matériaux spécifiquement conçus pour PC, de chez Thermaltake ou BeQuiet.

Deuxième élément à ne pas négliger : le bloc d’alimentation du boîtier. Là encore, les constructeurs réalisent parfois des économies et les modèles livrés avec les boîtiers standards ne s’avèrent pas efficaces pour lutter contre le bruit. Sans compter qu’ils n’offrent pas non plus des performances à la hauteur de votre matériel flambant neuf et qu’ils ne sont pas toujours en mesure de délivrer une tension stable ! Parmi les Rolls Royce du marché, citons les modèles entièrement dépourvus de ventilateurs et équipés d’un dissipateur thermique. Le Fortron FSP400-60GNF Zen (60 euros environ) est l’une des références du domaine. Si vous préférez un modèle plus robuste qui ne néglige pas l’isolation acoustique, optez pour une alimentation Seasonic S12-II ou M12 (110 euros environ pour des modèles 500 Watts) ou une Corsair CMPSU-520HX (80 euros, fabriquée par Seasonic). Tous ces modèles disposent d’un ventilateur tournant à faible régime et offrent une excellente ergonomie, avec des câbles que vous pouvez éventuellement déconnecter afin de libérer de la place et de garantir une meilleure évacuation de l’air chaud.

Les Core 2 Duo et les processeurs les plus modernes d’Intel ont fait un réel effort sur la dissipation de la chaleur et ils sont aujourd’hui cadencés à de hautes fréquences sans pour autant élever considérablement la température de votre boîtier. Mais si vous les avez achetés dans leur version « boîte », ils sont livrés avec un ventirad qui n’offre pas la meilleure des isolations phoniques. Vérifiez toutefois le socket de votre carte mère avant de choisir un ventirad plus haut de gamme. A priori, si vous disposez d’un processeur Intel Core 2 Duo, vous utilisez une carte mère dotée d’un socket LGA775. Dans ce cas-là, le ventirad Hyper TX2 de Coolermaster (25 euros), le Scythe Shuriken (30 euros) ou le Noctua NH-U9B (49 euros) constituent de bonnes solutions de remplacement. N’oubliez pas non plus d’appliquer de la pâte thermique afin d’améliorer le contact entre le processeur et le ventirad. Son rôle est essentiellement d’assurer une bonne dissipation thermique, en « transférant » l’essentiel de la chaleur du processeur vers le ventilateur, mais vous évitez également que de l’air ne s’insuffle entre les deux composants et vous réduisez ainsi les risques de sifflement. Trois marques se détachent du lot : l’Arctic Silver 5, la Zalman ST-G1 et la Noctua NT-H1, toutes proposées à dix euros environ pour 12 grammes de produit.

Sachez par ailleurs que de nombreux utilisateurs n’hésitent pas à « underclocker » leur processeur. Ils réduisent ses performances brutes mais s’autorisent ainsi une ventilation plus légère, que l’on remarque moins à l’usage. Là encore, tout dépend de la carte mère que vous avez choisie. Certains modèles, en particulier l’Asus P5Q (130 euros), offrent de larges possibilités en la matière et il est possible de sous-volter le processeur assez simplement. La manipulation n’est toutefois pas à la portée de tout le monde et vous ne devez l’envisager qu’en dernier recours !

Avec la montée en puissance des cartes graphiques, les modèles les plus récents embarquent un nombre considérable de transistors qu’il faut refroidir avec soin. Si vous avez monté deux cartes ATI Radeon en Crossfire ou deux modèles nVidia en SLI, votre boîtier risque de dégager un bruit assourdissant qu’il est souvent difficile d’ignorer ! La plupart des cartes graphiques optent en effet pour un refroidissement actif, qui couple un dissipateur et un petit ventilateur. Si vous avez investi dans un boîtier suffisamment isolé, vous réduirez toutefois le problème. Mais si vous êtes toujours à la recherche d’une carte graphique, optez pour des modèles sans ventilateur, uniquement équipés d’un dissipateur. C’est notamment le cas de la Gigabyte GV-R485MC, une ATI Radeon HD 4850 offrant de bonnes performances générales et un très bon rapport qualité / prix (aux alentours de 170 euros). Sinon, investissez dans un ventirad GPU comme les Arctic Cooling Silencer (entre 15 et 20 euros) ou le Zalman VNF100 (30 euros environ).

En ce qui concerne les disques durs, plusieurs choix s’offrent à vous. Dans la mesure du possible, vous avez tout intérêt à opter pour un modèle 2,5 pouces afin de réduire le bruit de la tête de lecture. Certes, vous ne profiterez pas d’un téraoctet d’espace de stockage, mais vous disposerez d’un modèle sobre et silencieux, qui offre d’excellentes performances. Le VelociRaptor de Western Digital, tournant à 10.000 tours/minute, est la Rolls Royce du secteur et s’avère très efficace pour héberger le système d’exploitation (comptez tout de même 230 euros pour un modèle de 300 Go). Complétez-le par un Caviar Green de Western Digital ou un Spinpoint F1 de Samsung (respectivement 93 et 85 euros pour un 1 To).

Dernier élément à ne pas négliger : votre graveur de DVD et le montage général de votre configuration ! Si vous avez prêté une attention particulière à l’évacuation de l’air et au silence du ventirad du processeur et de la carte graphique, vous n’avez certainement pas envie de voir tous vos efforts réduits à néant par la rotation du lecteur de DVD. Certains logiciels gratuits, comme DVDUtils de Pioneer ou NeroDriveSpeed, vous permettent de réduire la nuisance sonore de votre lecteur en limitant sa vitesse de rotation. Vous n’entachez en rien la lecture d’un film et vous en profitez dans un confort absolu. Enfin, veillez à utiliser des vis caoutchouc antibruit, qui réduisent considérablement les frottements et les vibrations. Si le silence total n’existe pas, sachez que vous parviendrez à limiter fortement les bruits émanant de votre boîtier au prix de quelques efforts et de ces accessoires spécifiques !

Boostez votre PC pour Windows 7

Vous voulez installer Windows 7 sur votre PC équipé de Windows XP ? Une petite cure de rajeunissement matériel est indispensable.

Ce sont quatre composants matériels qui influencent directement les performances d’un ordinateur. Il s’agit du processeur, de la mémoire vive, du disque dur et de la carte graphique. Si votre PC fonctionne de manière satisfaisante avec Windows Vista, pas de souci : ses performances resteront au même niveau avec Windows 7. En revanche, s’il est équipé de Windows XP, il faudra peut-être remplacer l’un de ces composants pour qu’il garde un bon niveau de performance, une fois le passage à Windows 7 effectué. En fait, il faut vous concentrer sur trois éléments : le disque dur, la mémoire vive et la carte graphique. En effet, le remplacement du processeur exige souvent celui de la carte mère, ce qui doit être fait par un technicien ou, en tout cas, quelqu’un d’expérimenté. Avant d’ouvrir l’ordinateur, éteignez-le et déconnectez le câble d’alimentation électrique. Soyez prudent et délicat. Si vous avez du mal à extraire ou à placer un composant, ne forcez jamais.

Testez votre PC

Windows 7 Upgrade Advisor est un utilitaire proposé par Microsoft qui teste votre ordinateur pour contrôler s’il est compatible avec Windows 7. Pour l’obtenir, passez par le centre de téléchargement de Microsoft : www.microsoft.com/ downloads/search.aspx?display=fr. Lancez une recherche sur Windows 7 Upgrade Advisor après avoir coché l’option Afficher également les téléchargements en anglais. Téléchargez-le et installez-le. Connectez tous les périphériques, allumez l’imprimante, branchez les disques externes puis, dans la fenêtre de l’utilitaire, cliquez sur le bouton Startcheck. Ensuite patientez. Après quelques minutes, le programme affiche un rapport complet en trois sections. System Requirements indique si le PC lui-même est suffisamment équipé au point de vue matériel. Cliquez sur See all system requirements pour voir les détails. C’est ici que vous trouverez les indications pour le remplacement ou la mise à niveau de la mémoire vive, du disque dur et de la carte graphique.

Tout savoir sur la Ram

Si vous voulez connaître tous les détails concernant la mémoire vive dont bénéficie votre PC, il vous faut un petit programme complémentaire. Par exemple,CPU-Z. Le logiciel ne nécessite aucune installation. Dans sa fenêtre, passez à l’onglet SPD. C’est là que vous trouverez toutes les informations concernant la mémoire vive, connecteur par connecteur. Sélectionnez-en un dans la liste : les caractéristiques de la barrette s’affichent et en tout premier lieu, le type de mémoire. L’onglet Memory affiche globalement les paramètres de l’ensemble de la mémoire vive.

Pas-à-pas en 4 étapes

1 Retirez les barrettes. Si vous devez retirer les barrettes existantes, écartez délicatement les petits leviers situés à chaque extrémité, ce qui aura pour effet de désengager les barrettes.

2 Clipsez les barrettes. Lorsque vous clipsez les barrettes sur la carte mère, soyez attentif au détrompeur et appuyez fermement sans forcer jusqu’à ce que les petits leviers soient bien verrouillés.

3 Redémarrez le PC si vous entendez des bips ou si l’écran est noir, éteignez le PC et vérifiez si les barrettes sont connectées. Enfoncez-les. Si le PC refuse de démarrer, le type de barrette ne convient peut-être pas à la carte mère.

4 Contrôlez la ram. Ouvrez le Panneau de configuration et double-cliquez sur l’icône Système. La quantité de mémoire vive doit correspondre aux barrettes clipsées sur la carte mère. Sinon, contrôlez la fixation des barrettes.

ZOOM SUR…
l’augmentation de la mémoire vive

Montez à 2 Go, voire même jusqu’à 4 Go de mémoire vive… Un vrai coup de fouet pour votre ordinateur en quelques minutes seulement.Le minimum vital pour la mémoire vive, c’est 512 Mo. Mais il est plus raisonnable de monter à 2 Go, ou 4 Go si vous faites du montage vidéo ou de la retouche photo en haute définition. N’achetez pas n’importe quel type de mémoire : les barrettes doivent être compatibles avec la carte mère. Vous devez connaître la marque et le modèle précis de la carte mère : reportez-vous au manuel de l’ordinateur, ou rendez-vous sur le site du fabricant. Si vous avez un PC portable, consultez un sélecteur d’accessoire. Ici, il suffit de sélectionner le modèle de l’ordinateur (cette information figure généralement sur une étiquette collée au dos du PC). N’oubliez pas qu’avec Windows 7 comme avec Vista, vous pouvez doper la mémoire vive au moyen d’une clé USB. Lorsque vous insérez la clé, Windows vous demande si vous voulez activer Ready Boost : répondez Oui

Ajoutez un disque dur

Installez un nouveau disque dur pour y placer le système d’exploitation Windows 7 et gardez l’ancien pour stocker vos fichiers, vidéos et photos.

Les performances d’un disque dur se mesurent principalement à deux paramètres. Premièrement, la vitesse de rotation des plateaux : 10 000 tr/min pour les modèles les plus récents, la norme étant 7 200 tr/ min. Deuxièmement, la mémoire cache. Elle accélère l’écriture et la lecture des données du disque. Choisissez un disque contenant 8 ou 16 Mo de mémoire cache. Au-delà, le gain de performance n’est pas significatif. Avant d’acheter un disque, vérifiez le type de contrôleur sur la carte mère : PATA (pour les plus anciennes) ou SATA. Afin d’éviter tout problème lors de l’installation, il est préférable que le disque système soit à la norme PATA (appelée aussi IDE). Si vous remplacez le disque système (celui sur lequel XP est installé), commencez obligatoirement par copier l’ensemble de vos fichiers sur une clé USB, un disque externe ou un CD, sur lequel vous aurez gravé les données. N’oubliez pas de sauvegarder également vos favoris, vos contacts et les e-mails que vous voulez conserver.

Pas-à-pas en 4 étapes

1 Si vous installez deux disques Pata, le premier (celui qui portera la lettre C) est le maître et le second, l’esclave. Positionnez les petits cavaliers correctement à l’arrière des disques. Ici, ils se trouvent sous l’étiquette blanche à gauche.

2 Branchez les deux disques sur le même câble (la nappe IDE). La nappe IDE est équipée de deux connecteurs à manipuler avec précaution. Placez les disques dans le logement prévu à cet effet à l’intérieur du boîtier et vissez-les.

3 Si vous ajoutez un disque Sata au disque PATA, branchez-le sur le connecteur SATA via le câble. Ne touchez pas au disque existant : il continuera de fonctionner. Connectez le nouveau disque au boîtier d’alimentation avec le fin câble électrique.

4 Dans le Panneau de configuration, ouvrez le module Outils d’administration et cliquez sur Gestion de l’ordinateur, puis sur Gestion des disques. Cliquez sur le nouveau disque et choisissez Nouvelle partition. Formatez-la.

Installez une nouvelle carte graphique

Une carte graphique récente contribue à l’amélioration des performances globales du système. Pour les jeux en 3D et la haute définition, elle est indispensable.

Avant de faire un choix, vous devez connaître le type de connecteur sur lequel votre carte est branchée : PCI-Express ou AGP. Les PC récents sont équipés d’un connecteur PCI-Express. En revanche, sur les anciens, la carte graphique se clipse sur un port AGP. La carte mère possède l’un ou l’autre connecteur, mais pas les deux. Étant donné que les performances sont quasiment identiques, quel que soit le format, vous n’êtes pas pénalisé si votre PC date de quelques années. Achetez une carte compatible DirectX 10 ou mieux 11. Cette dernière est parfaitement adaptée à Windows 7 pour les jeux mais aussi pour d’autres logiciels graphiques. N’hésitez à télécharger un pilote récent qui vous orientera vers la page des pilotes sur le site du fabricant de la carte. Enfin, si vous avez encore un écran cathodique, c’est le moment de le remplacer par un écran LCD 19” au format 16/9e ou 16/10e, pour un coût aux alentours de 130 euros.

Pas-à-pas en 4 étapes

1 Débranchez le câble de connexion à l’écran. Dévissez la partie arrière qui attache la carte sur le côté du boîtier de l’ordinateur et extrayez-la délicatement de son connecteur sur la carte mère en la faisant pivoter de haut en bas.

2 Insérez la nouvelle carte dans son logement. Enfoncez-la bien droite et à fond dans le connecteur. Il y a un petit ergot en plastique qui verrouille la base de la carte. Puis, fixez-la au boîtier avec la vis. Branchez le câble de l’écran et allumez le PC.

3 Redémarrez l’ordinateur Windows détecte le changement de carte graphique et recherche un pilote. Il est probable qu’il en trouve un. Installez le pilote que vous avez récupéré : le programme d’installation est dans l’archive téléchargée.

4 Ouvrez le module affichage du Panneau de configuration et cliquez sur Paramètres. Sélectionnez la résolution de l’écran et la qualité de couleur optimale. Cliquez sur Avancé et, dans Écran, optez pour le taux de rafraîchissement le plus élevé.