Logitech Squeezebox Duet : un système audio sans fil beaucoup trop cher

Côté prix, Logitech y va très – très – fort : 400 euros pour sa Squeezebox. C’est le coût d’un iPhone! Pour quoi faire? Pour diffuser la musique contenue dans l’ordinateur ou directement des webradios dans le salon, la chambre, la salle de bains… Du luxe en somme. Le système est composé de deux objets. D’un côté, le récepteur (petit, carré, noir, très zen) qui doit être relié à votre ampli. De l’autre, une grande télécommande noire, parée d’un écran couleur 2,4 pouces, une roue mécanique façon iPod première génération, quatre boutons de navigation et les touches de contrôle. Très concrètement, la télécommande est faite d’un plastique noir brillant et… glissant. Sa forme, rectangulaire et basique, n’est absolument pas ergonomique. La première demi-heure d’utilisation est peu enthousiasmante. Le paramétrage du Wifi s’avère pénible si la connexion est chiffrée. Une fois le système mis en place, les morceaux de musique (gérés par iTunes) sont immédiatement accessibles. Mais l’ensemble montre cependant assez rapidement ses limites. L’interface manque de réactivité. Instinctivement, vous faites tout très vite : tourner la roue, confirmer par le bouton central, retour, changement de volume. Bref, vous utilisez la télécommande. Mais le pointeur se traîne souvent. Les boutons autour de la roue sont mous et s’enfoncent grossièrement dans la coque. Un iPod nano est plus rapide à utiliser, et une télécommande Harmony One bien plus agréable en main. Reste ce pour quoi vous payez réellement : l’écran couleur et le système de navigation. L’interface de ce dernier est réussie et agencée de manière logique. Les informations associées aux chansons s’affichent correctement, mais les pochettes d’albums répondent souvent aux abonnés absents. L’accès aux webradios françaises est décevant, car seules les principales stations de la bande FM sont disponibles. En définitive, malgré l’aspect pratique du système et son bon fonctionnement, ce produit ne mérite pas son positionnement tarifaire haut de gamme.

Caractéristiques

Télécommande Wifi avec écran couleur 2,4 pouces, récepteur audio/Wifi, sorties analogiques stéréo, optique, coaxiale, connecteur réseau, fonctionne avec le logiciel SqueezeCenter 7 à télécharger.

On aime

– Navigation simple
– Parfaite reconnaissance de la bibliothèque musicale

On n’aime pas

– Manque d’ergonomie
– Interface peu réactive
– Prix exorbitant

En résumé

La finition de la télécommande déçoit. Elle manque d’ergonomie. L’interface est trop lente pour être vraiment agréable à utiliser. Le prix est démesuré.

Rixid Atlanta FG-200 : tous vos fichiers audio et vidéo dans la poche

Le Rixid Atlanta FG-200 est construit autour d’un disque de 2,5 pouces. Pour un disque dur externe, il offre de bonnes performances, avec un débit moyen de 29,7 Mo/s. Connecté au téléviseur ou à un écran, il reconnaît la plupart des formats (JPG, MP3, Mpeg-2, AVI et toutes les variantes du DivX), sauf le MKV, ce qui n’est pas un frein puisque l’Atlanta ne délivre pas de signal haute définition. Sa connectique est limitée (une prise VGA, des sorties audio, vidéo, composite et composante), mais un lecteur de cartes mémoire complète la donne. Il lit les cartes Compact Flash, Memory Stick, SD et MMC. Le transfert des photos sur le disque dur en est facilité. De plus, le FG- 200 permet de les visionner directement depuis la carte mémoire. L’interface, bien qu’austère, permet de naviguer de façon assez intuitive et la télécommande est plaisante à utiliser. Dommage que certaines fonctions, comme l’avance rapide vidéo, soient de temps à autre inopérantes.

Caractéristiques

Capacité 160 Go, lecteur Compact Flash, Memory Stick, SD et MMC, sortie vidéo composite, composante et VGA, prise audio RCA stéréo et 5.1, interface USB 2.
– Lecteur de cartes mémoire – Pas de prise en charge MKV
– Bonnes performances -Connectique assez pauvre
– Possibilité de sous-titres

En résumé

Compact et simple à utiliser, ce disque dur multimédia marque sa différence par la présence d’un lecteur de cartes 4-en-1.

Maxell HP-NC22 : vibrez en aparté

Vous écoutez de la musique lors de vos déplacements, mais votre écoute est ternie par les bruits ambiants. La solution ? Le casque HP-NC22 de Maxell, équipé d’une fonction électronique de suppression de 90 % des sons parasites. Bien qu’il ne permette pas d’atteindre une isolation phonique totale, elle offre tout de même une qualité sonore étonnante, avec des basses profondes et des aigus présents sans être criards. Ce casque est également satisfaisant au niveau du confort, grâce à des coussins agréables et un réglage de la taille plutôt pratique. On remarque la présence d’un adaptateur pour avion. Dommage en revanche qu’une pile chargée soit indispensable. Sans cela, impossible en effet d’utiliser le HP-NC22 tant le son est alors dégradé. On regrette aussi l’absence de bouton de réglage du volume, ainsi que la sérigraphie L et R mal placée.

Caractéristiques

Casque de type fermé, bande passante 0-20000 Hz, fonction d’atténuation des bruits ambiants, prise minijack 3,5 mm, rallonge 50 cm, adaptateur pour prise avion, alimentation pile AAA fournie, housse rigide.

On aime

– Qualité de rendu
– Écouteurs escamotables
– Accessoires fournis

On n’aime pas

– Prix
– Inutilisable sans piles
– Pas de réglage du volume

En résumé

S’il fait montre d’une vraie qualité de rendu et d’un bon niveau d’équipement, ce modèle pèche principalement par son prix de vente élevé.

SSD Transcend : un SSD en manque de performances

Le SSD Transcend est une solution de stockage à base de mémoire Flash qui pourrait être impressionnante à plus d’un égard. Son poids réduit, tout d’abord, la rend séduisante, notamment lorsqu’il s’agit de l’intégrer à un ordinateur portable. Malheureusement, sa faible capacité, conjuguée à des performances plutôt modestes, en fait une solution de stockage limitée. En effet, les vitesses d’écriture et de lecture, avec un débit respectif de 20 et 25 Mo/s, sont tout juste dignes d’une grosse clé USB. Seuls les temps d’accès, de seulement 2 ms, sont réellement impressionnants. En clair, vu ses défauts et son tarif élevé, l’offre manque encore d’atouts de poids. Mais gageons que les gros soucis de cette technologie seront gommés très prochainement. Aujourd’hui, les seuls intérêts offerts par le SSD résident dans son poids ultraléger et dans sa très grande résistance aux chocs, due à l’absence de toute pièce mécanique.

Caractéristiques

10 x 7 x 1 cm, 48 g, capacité de 32 Go, ECC, MTBF 1200000 heures, durée de rétention des données : 10 ans.

On aime

Le poids, la consommation

On n’aime pas

Les performances

Storex AivX 365 HD : toute la HD sur un disque de 500 Go

Le Storex AivX 360 HD fait partie de la nouvelle génération de lecteurs multimédias adaptés aux formats haute définition. A ce titre, il dispose de la connectique adéquate, tant analogique que numérique, lui permettant d’être relié à un diffuseur compatible avec des définitions allant du 720p au 1080p. En vidéo, hormis les MKV, peu de formats lui résistent. Le Storex est en effet capable de lire les fichiers d’extension AVI, DAT, VOB, WMV et MPG. Il reconnaît notamment les formats DivX, XviD et Windows Media 9. En audio, ce disque multimédia prend là aussi en charge la plupart des formats tels que le MP3, le WMA et le OGG Vorbis.
Les photos, quant à elles, se visionnent seulement aux formats JPG ou GIF. Une fois connecté, ce disque dur nécessite un temps d’initialisation très court (moins de 35 secondes), ce qui est fort appréciable. Très simple d’utilisation grâce à son petit écran LCD, l’AivX bénéficie d’une interface limpide sur le téléviseur.
Les différentes catégories (vidéo, photo, musique, ebook, etc.) s’affichent alors sous la forme d’icônes très graphiques. Un certain délai existe cependant entre la sélection d’une option et son exécution. D’ailleurs, ce défaut se retrouve aussi lorsqu’on manipule les fonctions Avance et Retour rapides sur un film. En revanche, ce problème n’a pas été rencontré lors de la lecture de fichiers MP3.
Disponible dans des capacités de 250 à 750 Go, l’AivX 365 HD présente de nombreux atouts, dont le principal : la restitution de vidéos HD dans une qualité quasi irréprochable. Regrettons toutefois son prix, largement plus élevé que celui de ses concurrents.

Caractéristiques

Capacité de 500 Go, port USB, prises : 2 HDMI, composantes, composite, S-Vidéo, prise en charge des définitions allant du 720p au 1080p, prise en charge des codecs Mpeg 2, Mpeg 4, DivX, XviD, WMV 9.

On aime

– Rapidité de démarrage
– Qualité de restitution des vidéos
– Connectique

On n’aime pas

– Avance et Retour rapides sur vidéos perfectibles
– Navigation parfois un peu trop longue

EN RÉSUMÉ

Simple à utiliser et rapide à démarrer, l’AivX 365 HD est également un excellent lecteur de vidéos haute définition.

Neo Wooz : de grandes ambitions pour un résultat minimaliste

Radio. Dictaphone. Lecteur photo, audio, vidéo. Écran couleur tactile. 8 Go. Le prix est intéressant, l’appareil est joli. La pratique est moins enthousiasmante. On navigue dans les menus du bout de l’ongle, de manière souvent ardue. Sélectionner un élément exige parfois doigté et précision. Le système ne laisse pas le droit à l’erreur. Cinq zones sensibles, situées sur le bord droit de l’écran, permettent de gérer le contrôle du volume, le retour au menu principal, le dictaphone ainsi que l’utilitaire de prise de notes. Dommage qu’en raison de leur placement biscornu, elles soient si difficilement accessibles. L’écran offre une très bonne luminosité et une définition convenable. Mais sa teinte varie selon l’angle de vision. Autre écueil : nous n’avons pas pu convertir de vidéo avec le logiciel fourni. Le son enregistré par le dictaphone est parasité, et le casque, doté d’une antenne FM, reçoit très mal la radio. Tout cela est bien dommage pour un lecteur multimédia.

Caractéristiques

Lecteur audio/vidéo/photo portatif, écran LCD couleur tactile 2,4 pouces, radio, dictaphone, prise de notes, lecture d’ebooks, connexion USB, stylet fourni, 80,8 x 47 x 11,6 mm, 59 g.

On aime

– Le design
– La luminosité de l’écran
– L’affichage des photos

On n’aime pas

– Le casque
– L’interface
– La réception radio
– Les variations de teinte de l’écran

En résumé

L’interface tactile du WooZ en est à ses débuts. L’appareil est peu pratique à utiliser et la navigation souvent déroutante.

Grundig GPD 7700 : le lecteur DVD nomade

Côté prix, Logitech y va très – très – fort : 400 euros pour sa Squeezebox. C’est le coût d’un iPhone! Pour quoi faire? Pour diffuser la musique contenue dans l’ordinateur ou directement des webradios dans le salon, la chambre, la salle de bains… Du luxe en somme. Le système est composé de deux objets. D’un côté, le récepteur (petit, carré, noir, très zen) qui doit être relié à votre ampli. De l’autre, une grande télécommande noire, parée d’un écran couleur 2,4 pouces, une roue mécanique façon iPod première génération, quatre boutons de navigation et les touches de contrôle. Très concrètement, la télécommande est faite d’un plastique noir brillant et… glissant. Sa forme, rectangulaire et basique, n’est absolument pas ergonomique. La première demi-heure d’utilisation est peu enthousiasmante. Le paramétrage du Wifi s’avère pénible si la connexion est chiffrée. Une fois le système mis en place, les morceaux de musique (gérés par iTunes) sont immédiatement accessibles. Mais l’ensemble montre cependant assez rapidement ses limites. L’interface manque de réactivité. Instinctivement, vous faites tout très vite: tourner la roue, confirmer par le bouton central, retour, changement de volume. Bref, vous utilisez la télécommande. Mais le pointeur se traîne souvent. Les boutons autour de la roue sont mous et s’enfoncent grossièrement dans la coque. Un iPod nano est plus rapide à utiliser, et une télécommande Harmony One bien plus agréable en main. Reste ce pour quoi vous payez réellement : l’écran couleur et le système de navigation. L’interface de ce dernier est réussie et agencée de manière logique. Les informations associées aux chansons s’affichent correctement, mais les pochettes d’albums répondent souvent aux abonnés absents. L’accès aux webradios françaises est décevant, car seules les principales stations de la bande FM sont disponibles. En définitive, malgré l’aspect pratique du système et son bon fonctionnement, ce produit ne mérite pas son positionnement tarifaire haut de gamme.

Caractéristiques

Télécommande Wifi avec écran couleur 2,4 pouces, récepteur audio/Wifi, sorties analogiques stéréo, optique, coaxiale, connecteur réseau, fonctionne avec le logiciel SqueezeCenter 7 à télécharger.

On aime

– Navigation simple
– Parfaite reconnaissance de la bibliothèque musicale

On n’aime pas

– Manque d’ergonomie
– Interface peu réactive
– Prix exorbitant

En résumé

La finition de la télécommande déçoit. Elle manque d’ergonomie. L’interface est trop lente pour être vraiment agréable à utiliser. Le prix est démesuré.

Kodak ESP-3 : des impressions monochromes rapides et économiques

Avec l’ESP-3, Kodak présente une multifonction jet d’encre trois-en-un (imprimante, scanner, copieur) bon marché, à l’achat comme à l’usage (coût à la page parmi les plus bas du marché). Un document texte vous reviendra en effet à moins de 0,04 euro par page. Le coût en couleur est moins avantageux, mais reste acceptable (0,10 euro par page). Le secret ? Un plein d’encre à seulement 25 euros ! Pour ce qui est de la qualité d’impression, ce modèle ne fait pas de miracles. Les photos 10 x 15 cm sont d’une qualité correcte, sans plus. En revanche, leur impression est très rapide (58 s) ainsi que celle de documents couleurs (50 s pour 6 pages). Le reste de l’équipement est classique : le scanner combine vitesse et qualité de numérisation, le lecteur de cartes mémoire s’avère exhaustif et le module Bluetooth fonctionne parfaitement. Il ne manque qu’un écran pour être vraiment autonome.

Caractéristiques

Vitesse d’impression de 30 ppm en noir, de 29 ppm en couleur, 30 s pour impression d’une photo 10 x 15 cm, 2 cartouches d’encre séparées, lecteur de cartes mémoire, port USB PictBridge, Bluetooth 42,2 x 29,8 x 17,3 cm, 5,9 kg.

On aime

– Coût d’impression
– Module Bluetooth

On n’aime pas

– Qualité des photos
– Pas d’écran LCD

Prix : Correct
Performances : Bon
Ergonomie : Bon

En résumé

Rapide et économe, il s’agit d’un excellent choix à condition de ne pas être exigeant sur la qualité des impressions photo.

Cooler Master CM690 : pour accueillir les composants avec élégance et fraîcheur

Avec des configurations PC de plus en plus puissantes et une dissipation thermique nécessairement plus conséquente, les boîtiers ne peuvent pas être en reste. Ils se doivent d’optimiser le flux d’air, mais aussi d’être suffisamment spacieux pour accueillir ces composants. La réponse de Cooler Master ? Le CM690. Assez léger (moins de 10 kg), ce boîtier en acier est particulièrement bien ventilé. Les parties façon nids-d’abeilles optimisent la circulation d’air. Des emplacements pour ventilateurs de 80 à 140 mm sont prévus. L’alimentation se fixe en bas du boîtier façon BTX. L’installation ne pose d’ailleurs aucun problème. Tout trouve sa place facilement, les câbles aussi, grâce au passe-câbles. Bien conçu, le CM690 est silencieux et surtout performant. La température n’excède pas les 35 °C malgré une configuration musclée (Core 2 Quad Q6600 et 2 GeForce 8800 GTX). Pour moins de 70 €, pourquoi se priver d’un boîtier si réussi ?

Caractéristiques

21,3 x 48,2 x 52,4 mm, 9,8 kg, compatible format ATX et micro-ATX,
5 baies 5,25 pouces, 5 baies 3,5 pouces, 2 ventilateurs 120 mm à 21 dBA.

On aime

– Le silence
– Les performances de refroidissement
– La connectique

On n’aime pas

– Les panneaux latéraux trop fins
– La qualité des racks disques durs

Prix : bon
Performances : bon
Ergonomie : bon

En résumé

Peu onéreux, ce boîtier refroidit parfaitement les configurations les plus musclées. Pour ne rien gâcher, il bénéficie d’une excellente ergonomie.

AG Neovo E-W22 : des performances, oui mais un prix injustifié

Ne vous y trompez pas, cet écran n’est pas un téléviseur. Malgré son look noir glossy et sa barre de haut-parleurs placée sous la dalle, il est dépourvu de tuner. Dommage, car pour 460 €, ce modèle de 22 pouces est de loin le plus cher du marché. Pour justifier ce prix, le constructeur propose une définition de 1 680 x 1 050 pixels et une plaque en verre trempée conçue pour éviter les reflets. Ce qui permet, selon AG, de gagner en contraste. D’ailleurs, ce dernier, très élevé (3 000:1), rend les images somptueuses, notamment lors du visionnage d’un film. Dommage que le procédé antireflet ne soit pas aussi efficace que le laisse entendre le constructeur. La moindre lumière ambiante s’y reflète. Un facteur qui joue également sur le rendu des couleurs. La calibration en est en effet perturbée. Signalons enfin que la connectique est réduite au strict minimum avec une prise VGA et une DVI heureusement HDCP.

Caractéristiques

22 pouces, 1 680 x 1 050 pixels, 1 prise VGA, 1 DVI compatible HDCP, 2 enceintes de 2 watts,
41,6 x 51,2 x 19,6 cm, 7,9 kg, garantie de 3 ans.

On aime

– Le design
– Les temps de réponse

On n’aime pas

– Le procédé antireflet
– Le prix

Prix : décevant
Performances : correctes
Ergonomie : décevante

En résumé

Vendu près de 460 €, ce 22 pouces est aussi cher qu’un 24 pouces. Un prix injustifié malgré son design novateur et ses temps de réponse très courts.